Retour à Dumoulin et aux Japonais de l’Exposition Universelle de 1900

Grâce à une belle entrée du blog de Gallica (M. Rouquet, À la découverte des cylindres phonographiques de la BnF, 15 mars 2018), j’ai appris l’existence d’enregistrements sonores réalisés lors de l’Exposition Universelle de 1900 à Paris. Ils sont l’œuvre de:

« Léon Azoulay, médecin et membre de la Société d’Anthropologie de Paris. Il se fait pionnier de l’usage de l’enregistrement sonore en ethnographie quand il collecte 400 cylindres lors de l’Exposition Universelle de 1900 qui se tient à Paris. »

Azoulay travaille avec beaucoup de méthode et enregistre sur fiches de nombreuses données sur les circonstances de ces enregistrements.

Cylindre (enregistrement sonore) , 1900, Bibliothèque nationale de France, département Audiovisuel, CYL-2614 ; domaine public

Par exemple, on apprend à propos d’un « air du jour de l’an « Chichi » joué sur le « Shino-foué » (flageolet) » que « tous ces phonogrammes ont été obtenus grâce à l’obligeance de M. Dumoulin, directeur du « Tour du Monde » à l’Exposition et M. Hitomi, délégué du gouvernement à Formose. »

Il s’agit ici du peintre Louis Dumoulin dont j’avais brièvement parlé il y a une dizaine de mois: d’après une recherche sur le site du CREM, il a aidé Azoulay pour une vingtaine d’enregistrements de voix et d’airs du Japon et du Sri Lanka. Je n’ai malheureusement pas d’informations sur M. Hitomi. Si vous en avez, n’hésitez pas à laisser un commentaire; je vous en serai très reconnaissant [Voir maintenant la mise à jour ci-dessous].

Azoulay archive aussi par écrit un certain nombre d’informations sur les personnes qu’il enregistre.

Fiche accompagnant le cylindre ci-dessus

Voici les informations qu’on peut, grâce aux fiches d’Azoulay, rassembler sur les Japonais qui ont accepté de se faire enregistrer lors de l’Exposition de 1900.

Pas d’acrobate ou de lutteurs de sumo (lutteurs qui avaient participé à l’animation du Panorama) donc, et il faut évidemment considérer avec précaution l’intitulé « geisha ».

Toutefois, il est tentant d’identifier les 3 femmes qui ont donné leur voix à Azoulay et la postérité avec les 3 personnes représentées sur la couverture du guide officiel du Panorama:

Exposition universelle de 1900, Guide officiel et souvenir du Panorama

Question sans réponse pour l’instant

Je me suis demandé de quand date le premier enregistrement sonore de la langue japonaise et si les cylindres phonographiques d’Azoulay seraient des candidats pour cette réalisation. J. Scott Miller, Early Voice Recordings of Japanese Storytelling, Oral Tradition 11/2 (1996), p. 301-319 (disponible en ligne via Google Scholar), p. 305 n. 5, mentionne un Catalogue de Gramophone de 1902 qui contient des enregistrements en japonais et, p. 306, la vente au Japon d’enregistrements par Columbia Records en 1904.

Toute information sur ce sujet serait bienvenue; n’hésitez pas à laisser un commentaire.

Mise à jour du 22 mars 2018

Grâce aux suggestions de mon collègue Kazuhiko et de mon fils N., je peux ajouter quelques informations et précisions.

Le premier phonographe utilisé au Japon a été importé par James Ewing en 1878 alors qu’il était professeur à l’université de Tokyo. D’autres exemplaires sont vendus à Tokyo la même année1. Il est raisonnable d’imaginer que cette machine pourrait avoir été utilisée pour enregistrer des conversations, phrases ou mots japonais, mais aucun enregistrement ne semble avoir survécu2.

Le phonographe d’Ewing est maintenant conservé au Musée national de la nature et des sciences de Tokyo3.

Phonographe d’Ewing; Photographie de Daderot[CC0], via Wikimedia Commons

Il y a une quinzaine d’années, un article du Asahi Shimbun 「100年前の日本人の声録音パリでロウ管14本発見」(17 octobre 2003) a diffusé l’hypothèse selon laquelle les premiers enregistrements conservés de voix japonaises sont bien ceux réalisés par Azoulay et mis en ligne sur Gallica. Je crois que l’article rend disponibles pour le grand public les résultats d’une enquête de Yasuyuki Shimizu4.

Celui-ci met en valeur le fait que tous les enregistrements de Japonais par Azoulay sont anonymes, sauf un qui est attribué à Hitomi, très probablement le délégué de Formose, mentionné ci-dessus. Il s’appelle en fait Ichitaro Hitomi (1865-1924), est journaliste et l’auteur d’un livre, Daï-Nippon. Le Japon. Essai sur les moeurs et les institutions (Paris, 1900). Shimizu a aussi identifié très précisément les geishas qui ont travaillé au panorama de Dumoulin et exposé l’intérêt linguistique de ces enregistrements, qui reprennent plusieurs dialectes différents du Japon.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Retour à Dumoulin et aux Japonais de l’Exposition Universelle de 1900 ». Publié sur Acrobates japonais en France le 18/03/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1550.
  1. Voir C. Boissier, De l’Occident au Japon : naissance et développement de l’industrie musicale japonaise grâce aux innovations technologiques, 年報 非文字資料研究, 10 (2014), p. 331-353. []
  2. Pour en savoir plus sur les recherches historiques et les restaurations des premiers enregistrements sonores, les blogs suivant sont très intéressants : Patrick Feaster, Trilled R’s and the dawn of recorded sound in America, O Say Can You See? (19 janvier 2012); Annie Dobberteen, Forgotten early sound recordings given a voice, ibid. (26 janvier 2012). Voir aussi le site internet http://www.recordingpioneers.com/index.html, avec de nombreux témoignages, par exemple le journal de voyage (1902-1903) et le récit des enregistrements au Japon de Fred Gaisberg []
  3. Voir, par exemple, http://www.kahaku.go.jp/english/research/department/sci_engineer/ (en anglais); http://www.asj.gr.jp/journal/pdf/museum14.pdf (en japonais, plus détaillé. []
  4. Voir par exemple les diapositives Power Point de sa présentation en anglais «Japanese Voice Recording  Collections Recorded in Europe», EAJRS Conference Sep­18­ 2008 CCCM LIsboa. []

De la photo au tableau et au panorama: les acrobates japonais de Louis Dumoulin

Grâce au bel article de Julien Béal, Le Japon de Meiji dans la collection photographique du peintre Louis Dumoulin (1860-1924), annoncé sur le carnet Gradiva (12 mai 2017), je me suis rappelé d’un document qui m’avait intrigué lors de mes dépouillements:

L’Exposition en famille. Revue illustrée de l’Exposition universelle de 1900 (Paris, 5 juin 1900), p. 13

C’est au pied de la Tour Eiffel que s’élève le palais du
Tour du Monde, monument imposant d’aspect indo-chi-

nois, construit par M. Alexandre Marcel, architecte mé-
daillé du Gouvernement, — et dont les tours colossales de
styles différents attirent de loin le regard par l’étrangeté de
leurs formes et la splendeur de leur ornementation.

Si nous pénétrons dans l’intérieur du monument nous
nous trouvons sous une coupole couvrant une superficie
de 2.400 mètres et abritant plus de 2.000 mètres de toile
peinte, œuvre de l’artiste Louis Dumoulin, peintre du
ministère de la Marine.

Dans sa composition générale : le tour du monde, l’ar-
tiste fait défiler devant nos regards émerveillés, les pays
les plus curieux desservis par les paquebots des Messa-
geries Maritimes : la Grèce, la Turquie, l’Egypte, les Indes,
la Chine, le Japon, l’Australie, l’Amérique du Sud, le Por-
tugal et l’Espagne.

Les vues reliées entre elles forment un colossal Pano-
rama dont les premiers plans seront occupés par des indi-

gènes des différents pays : (…)

Le panorama était remarquable notamment parce que des acteurs, musiciens ou artistes de rue venus de différents pays se produisaient devant la toile:

(p. 14) Des acrobates chinois, des escamoteurs indiens, des
charmeurs de serpents, des lutteurs japonais ne cesseront
d’animer les premiers plans sans cependant quitter le
rayon attribué à leurs pays.

Comme il n’est pas fait mention dans ces lignes de jongleurs ou d’acrobates japonais actifs devant le panorama et comme l’illustration des « Acrobates japonais »  ci-dessus est une copie d’une célèbre photographie de von Stillfried, je m’étais demandé pourquoi cette image apparaissait dans cette brochure ici.

Baron Raimund von Stillfried, Jeunes acrobates, Japon, 1870 (ca)

La réponse à cette question a été apportée par Julien Béal: lors de son voyage au Japon en 1888, Dumoulin a acheté plusieurs centaines de photographies à différents studios de Yokohama, photographies qu’il a ensuite exploitées et intégrées dans ses tableaux et, apparemment, dans le panorama de l’exposition universelle de 1900 (Dumoulin est retourné au Japon en 1897; d’après Béal, il a pris lui-même la plupart des photographies qu’il a rapportées de ce second voyage, même s’il en a alors aussi acheté d’autres).

Ainsi, comme le dit Béal, on retrouve un autre enfant acrobate dans le coin inférieur droit de ce tableau du Musée Guimet:

Louis Dumoulin (1860 – 1924), Le quartier des théâtres à Yokohama (vers 1888); (C) RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Droits réservés

(Lisez ci-dessous l’utile commentaire de Julien Béal, que je remercie vivement, pour mieux apprécier l’œuvre de Dumoulin et comprendre la fonction graphique de ces enfants acrobates dans ses tableaux)

Ajouts du 22 octobre 2017

Je recopie pour une meilleure appréciation du contexte du panorama de Dumoulin deux illustrations que j’ai trouvées sur le blog Les Musées d’Extrême-Orient (Bruxelles), Orion en aéroplane (10 mars 2012):

Le Tour du Monde, exposition de 1900

Affiche pour le Tour du Monde

En outre, voici la couverture du guide officiel du Panorama:

Exposition universelle de 1900, Guide officiel et souvenir du Panorama

On trouvera beaucoup d’autres documents et informations sur ce site:  Philippe Bournazel, http://exposition-universelle-paris-1900.com/index.php?title=PANORAMA_DU_TOUR_DU_MONDE&oldid=23050

Mise à jour du 23 mars 2018

Une nouvelle entrée de ce carnet concerne Dumoulin: Retour à Dumoulin et aux Japonais de l’Exposition Universelle de 1900