Flaubert : dans les marges du japonisme

Daniel Darc, La Princesse Méduse, illustré par les frères Régamey (1880).
« de la vraie démence ! » (voir ci-dessous)

 

Grâce au blog de Pierre Assouline, La république des livres, j’ai eu le plaisir de découvrir une nouvelle pépite d’internet; l’édition électronique par le Centre Flaubert (Université de Rouen) de la correspondance de Flaubert: http://flaubert.univ-rouen.fr/correspondance/edition/index.php, et j’ai essayé de voir ce que cet auteur pouvait penser du Japon. Bien peu si l’on en juge par les résultats suivant:

  • Japon: 2 occurrences (Attention, l’index des lieux ne contient pas le mot « Japon ».)1
  • Japonais: 4 occurrences
  • Japonaise: 3 occurrences
  • Japonaises: 3 occurrences

Des recherches sur différents noms de lieu (Tokyo, Edo, Kyoto, Yokohama, Nagasaki, …)  ou sur des mots comme mousoumè, geisha, shogun, mikado n’ont rien donné.

Flaubert, par ses amitiés littéraires et sa vie sociale, connaissait probablement bien le japonisme, mais comme le montre sa critique des illustrations du roman de Daniel Darc (pseudonyme de Marie Régnier) par les frères Régamey, il ne semble pas personnellement y goûter2 .

On voit aussi dans les passages ci-dessous l’importance que jouent les expositions universelles pour propager l’image du Japon au-delà des cercles d’amateurs de ce pays et sa culture. Même une basse-cour japonaise  pouvait être un spectacle exotique.

Plusieurs points me restent mal compris: je me demande quelle est la cuisine japonaise que pouvait servir la princesse Mathilde et ce qu’est la « pancarte japonaise » de Marguerite Charpentier. On ne saura sans doute jamais ce que Flaubert voulait dire par « Tantôt j’ai été empêché par la pluie & par le Japon. » dans sa lettre à Léonie Brainne.

Date Destinataire

Texte

Volume de l’édition Pléiade
 15 septembre 1846 Emmanuel Vasse de Saint-Ouen

si tu peux me dénicher quelque recueil de poésies ou de vaudevilles quelquonques plus ou moins facétieux composés par des Arabes, des Indiens, des Perses, des Malais, des Japonais ou autres, tu peux me l’envoyer. si tu connais quelque bon travail (revue ou livres) sur les religions ou les philosophies de l’Orient, indique-le-moi.

 I 344
20 mai 1873 Caroline Commanville (nièce de Flaubert)

Quand tu viendras ici, n’oublie pas de m’apporter : 1° le gd cordon de sonnette qui a dû être remis lundi dernier, chez toi. 2° mes portraits de japonaises.

IV 663
11 décembre 1873 Caroline Commanville

en sortant du bureau télégraphique du gd hôtel, j’ai rencontré Cernuschi. – Demain je déjeune chez lui. après quoi il me montrera ses curiosités japonaises.

IV 752
7 mars 1874 Marguerite Charpentier

Je reçois votre pancarte japonaise au moment où je venais de vous prévenir que ma Ière n’a lieu que mercredi !

IV 777
27 mai 1878 Edma Roger des Genettes

Paris commence à m’écœurer fortement. Quand je l’habite depuis plusieurs mois, il me semble que tout mon être s’en va par mille pertuis & se répand au niveau du trottoir. ma personnalité s’envole, comme fêlée par le contact des autres. Je me sens devenir cruche. – et puis, l’idée seule de l’Exposition me fatigue. – j’y ai été deux fois – La vue générale du haut du Trocadéro est vraiment splendide. Cela fait rêver à des Babylones de l’avenir. Quant aux détails, ce qui m’a le plus amusé c’est une basse-cour japonaise. Il faudrait trois mois, à quatre heures par jour pr connaître tout ce qu’il y a dans ces « gdes assises de la civilisation ». Le temps me manque. Il faisons notre métier !

V 385
29 juillet 1878 Princesse Mathilde

J’étais invité auj hier à aller à Chenonceaux pr l’inauguration de la statue de P. L. Courier. ce l Cette « petite fête de famille » ne m’a pas séduit. vu le nombre de reporters qui ont dû l’émailler. J’aimerais mieux m’en aller chez vous, goûter à la cuisine japonaise – sûr d’avance que je la trouverais exquise.

V 410
11 juin 1879 Léonie Brainne

Tantôt j’ai été empêché par la pluie & par le Japon. – je vous expliquerai ça

 V 656
19 novembre 1879 Marie Régnier Commentaire sur son livre (paru sous le nom de plume Daniel Darc) La princesse Méduse (1880), en particulier sur ses illustrations (de Félix et Frédéric Régamey) , que Flaubert ne semble pas aimer

Mais je suis Hindigné contre vos illustrations. Quel dessin ! & quelles inventions ! Est-il possible d’exécuter plus lourdement la littérature ! Le frontispice, surtout, est de la vraie démence. Le portrait d’une cocotte pr figurer un être idéal ! Tout ce qu’il y a de plus connu & poncif, sous prétexte de nous faire rêver à l’insaisissable ! Grévin dans l’azur ! Non, ma parole d’honneur, j’en suffoque de colère ! Et les cassures japonaises en bas des draperies. Prquoi le Japon ? Mais le chic ! le chic ! Charpentier se pâme là devant, je suis sûr !

 V 745
2 février 1880 Léon Hennique Commentaires sur le livre de Hennique

[p. ]185. Le maître & le valet se labourant la peau, à coups de poignards ! Vous croyez peut-être que ça ferait rire ? Mais imaginez du sang qui coulerait, & on ne rirait plus. (Seulement la sa l’action ici est amenée trop vite). & puis il y a encore eu des gens comme ça – & il y en a encore ! Pendant l’Exposition de 1867, des Japonais à Paris & à Marseille se sont livrés à deux duels p de ce genre – & Comme pénitence, les Bouddhistes en font autant.  & en France, à l’heure qu’il est certains catholiques ! tels que Mr Dupont, de Tours – (voy. l’A  La Foire aux reliques & L’Arsenal de la dévotion de Paul Parfait).

 V 810
11 février 1880 Edmond de Goncourt

« L’ami Flaubert » s’est bassiné l’œil cet après-midi avec vos Albums japonais. – Mais je ne voudrais pas me livrer souvent à de pareils régals de m de couleurs – car je retombe plus gémissant sur mon roman philosophique !!! Prquoi la Fatalité veut-elle que je prenne toujours des sujets abominables !

(…)

C’est charmant, exquis (& instructif) ce que vous dites des Albums japonais – des lutteurs, des robes de femmes, du plaisir qu’ils se donnent avec l’eau, etc. – Oui, mon cher ami, sans blague aucune, c’est bien troussé ! – & si tout est comme ça, ce sera un livre chouette.

 V 824
Annexe:

Article Wikipédia créé lors de l’écriture de ce carnet: Marie Régnier

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Flaubert : dans les marges du japonisme ». Publié sur Acrobates japonais en France le 01/12/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1291.
  1. Ajout du 9 décembre: Grâce à la réactivité dynamique de Danielle Girard, le mot a maintenant été ajouté à l’index. Merci à elle pour son gentil message. []
  2. On peut sans doute comparer cela avec l’attitude de Flaubert vis-à-vis des illustrations choisies par Charpentier, leur éditeur commun, pour son texte Le Château des Cœurs (1880); voir Tomoko Hashimoto, « Gustave Flaubert, Kokoro no shiro (Le Château des Cœurs [en japonais]), traduit, présenté et annoté par Kayoko Kashiwagi », Flaubert [En ligne], mis en ligne le 05 avril 2016. URL : http://flaubert.revues.org/2513 []

De la photo au tableau et au panorama: les acrobates japonais de Louis Dumoulin

Grâce au bel article de Julien Béal, Le Japon de Meiji dans la collection photographique du peintre Louis Dumoulin (1860-1924), annoncé sur le carnet Gradiva (12 mai 2017), je me suis rappelé d’un document qui m’avait intrigué lors de mes dépouillements:

L’Exposition en famille. Revue illustrée de l’Exposition universelle de 1900 (Paris, 5 juin 1900), p. 13

C’est au pied de la Tour Eiffel que s’élève le palais du
Tour du Monde, monument imposant d’aspect indo-chi-

nois, construit par M. Alexandre Marcel, architecte mé-
daillé du Gouvernement, — et dont les tours colossales de
styles différents attirent de loin le regard par l’étrangeté de
leurs formes et la splendeur de leur ornementation.

Si nous pénétrons dans l’intérieur du monument nous
nous trouvons sous une coupole couvrant une superficie
de 2.400 mètres et abritant plus de 2.000 mètres de toile
peinte, œuvre de l’artiste Louis Dumoulin, peintre du
ministère de la Marine.

Dans sa composition générale : le tour du monde, l’ar-
tiste fait défiler devant nos regards émerveillés, les pays
les plus curieux desservis par les paquebots des Messa-
geries Maritimes : la Grèce, la Turquie, l’Egypte, les Indes,
la Chine, le Japon, l’Australie, l’Amérique du Sud, le Por-
tugal et l’Espagne.

Les vues reliées entre elles forment un colossal Pano-
rama dont les premiers plans seront occupés par des indi-

gènes des différents pays : (…)

Le panorama était remarquable notamment parce que des acteurs, musiciens ou artistes de rue venus de différents pays se produisaient devant la toile:

(p. 14) Des acrobates chinois, des escamoteurs indiens, des
charmeurs de serpents, des lutteurs japonais ne cesseront
d’animer les premiers plans sans cependant quitter le
rayon attribué à leurs pays.

Comme il n’est pas fait mention dans ces lignes de jongleurs ou d’acrobates japonais actifs devant le panorama et comme l’illustration des « Acrobates japonais »  ci-dessus est une copie d’une célèbre photographie de von Stillfried, je m’étais demandé pourquoi cette image apparaissait dans cette brochure ici.

Baron Raimund von Stillfried, Jeunes acrobates, Japon, 1870 (ca)

La réponse à cette question a été apportée par Julien Béal: lors de son voyage au Japon en 1888, Dumoulin a acheté plusieurs centaines de photographies à différents studios de Yokohama, photographies qu’il a ensuite exploitées et intégrées dans ses tableaux et, apparemment, dans le panorama de l’exposition universelle de 1900 (Dumoulin est retourné au Japon en 1897; d’après Béal, il a pris lui-même la plupart des photographies qu’il a rapportées de ce second voyage, même s’il en a alors aussi acheté d’autres).

Ainsi, comme le dit Béal, on retrouve un autre enfant acrobate dans le coin inférieur droit de ce tableau du Musée Guimet:

Louis Dumoulin (1860 – 1924), Le quartier des théâtres à Yokohama (vers 1888); (C) RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Droits réservés

(Lisez ci-dessous l’utile commentaire de Julien Béal, que je remercie vivement, pour mieux apprécier l’œuvre de Dumoulin et comprendre la fonction graphique de ces enfants acrobates dans ses tableaux)

Ajouts du 22 octobre 2017

Je recopie pour une meilleure appréciation du contexte du panorama de Dumoulin deux illustrations que j’ai trouvées sur le blog Les Musées d’Extrême-Orient (Bruxelles), Orion en aéroplane (10 mars 2012):

Le Tour du Monde, exposition de 1900

Affiche pour le Tour du Monde

En outre, voici la couverture du guide officiel du Panorama:

Exposition universelle de 1900, Guide officiel et souvenir du Panorama

On trouvera beaucoup d’autres documents et informations sur ce site:  Philippe Bournazel, http://exposition-universelle-paris-1900.com/index.php?title=PANORAMA_DU_TOUR_DU_MONDE&oldid=23050