Un documentaire de la NHK: « 6 garçons, 4 filles, l’été d’une famille du cirque »

Ce soir, par hasard, j’ai eu l’occasion de regarder sur la NHK (la chaine publique de télévision japonaise) un documentaire très intéressant sur une famille circassienne japonaise: 6男4女 サーカス家族の夏 (6 garçons, 4 filles. L’été d’une famille du cirque).

Le documentaire suit pendant plusieurs mois une famille colombo-japonaise qui fait partie du cirque 「ハッピードリームサーカス」(Happy Dream Circus). L’équipe de ce cirque fait une cinquantaine de membres; il change tous les deux mois de ville (on le voit dans le documentaire au sud de la préfecture d’Osaka, dans la préfecture de Yamaguchi et partir pour Tottori). Une grande partie (la majorité ?) des artistes sont étrangers. D’après le documentaire, il existe encore 3 cirques similaires au Japon; dans les années 60, il y en avait une vingtaine.

La famille objet du documentaire est composée du père colombien, de 3 enfants plus âgés issus d’un premier mariage, de sa femme, japonaise, de la sœur de celle-ci, et de leurs 7 enfants. Un 8e enfant nait pendant le documentaire. Cette famille se spécialise notamment en jeux icariens, ce qui nous ramène au début de notre recherche, le livre de F. Schodt sur le Professor Risley. On y voit donc un enfant d’une dizaine d’années s’entrainer et présenter un numéro avec son demi-frère. Le documentaire mêle habilement de joyeuses scènes de complicité familiale et des moments pénibles de chutes douloureuses et d’angoisse. Il montre bien la transmission familiale d’un savoir et d’un mode de vie.

L’autre aspect du documentaire concerne la scolarité des enfants. Ils changent d’école cinq fois par an, restant dans le même établissement deux mois, avant de changer. Ce n’est pas facile pour eux, mais, et je dois avouer que j’ai été surpris par cette information, il semble que les différents établissements scolaires fréquentés fassent de réels efforts pour recevoir les enfants de la troupe. J’ignore s’il s’agit de bricolage ou s’il existe un système officiel de scolarisation des enfants du voyage au Japon.

Enfin, le documentaire est un beau portrait de famille, en particulier de la mère, un exemple attachant de sérénité apparemment, tout en ne cachant pas les aspects difficiles de la vie de cirque: le danger physique, la pénibilité des exercices, le travail des enfants, les difficultés émotionnelles que causent la vie de voyage et son instabilité.

Voici une vidéo récente montrant un spectacle de ce cirque:

Le numéro des acrobates icariens commence à 7 ‘ 22. On y voit les deux demi-frères travailler ensemble et finir par un numéro sans filet sur une plate-forme élevée à 10 m au-dessus du sol.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Un documentaire de la NHK: « 6 garçons, 4 filles, l’été d’une famille du cirque » ». Publié sur Acrobates japonais en France le 05/08/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1990.

Acrobaties et patrimoine immatériel du Japon (1) et (2)

L’exposition du Minpaku sur les misemono m’a beaucoup intéressé parce qu’elle donne des informations sur le contexte japonais des acrobates et jongleurs venus en France, notamment sur des actes acrobatiques réalisés lors de matsuri. Le catalogue de l’exposition offre une liste de 13 circonstances. Je vais essayer dans mes prochains postes de donner une ou deux vidéos pour chacune d’elle, comme je l’avais fait pour le Takengei de Nagasaki il y a presque deux ans.

継ぎ獅子 (愛媛県今治市波方町樋口の潮早神社): Tsugishishi (Imabari, Préfecture d’Ehime)

Formation de pyramides humaines (jusqu’à cinq niveaux)

梯子獅子 (兵庫県淡路市): Hashigoshishi (littéralement : « Lion de l’échelle »)(Awaji, Préfecture de Hyogo)

Un « lion dansant » (shishi-mai) monte une grande échelle et rampe sur une corde tendue à une dizaine de mètres au-dessus du sol.

 

Exposition à Osaka: 見世物大博覧会

 

Exposition au Musée d’Ethnologie d’Osaka sur les spectacles de rue: 「見世物大博覧会」

Le Musée National d’ethnologie d’Osaka (Suita) tient du 8 septembre au 29 novembre une exposition sur les misemono (見世物), les spectacles dans la catégorie desquels les jongleries et les acrobaties étaient traditionnellement rangées au Japon (le titre anglais de l’exposition est « Amazing show tents in Japan »).

Je reviens très vite avec plus de détails.

Site internet de l’exposition: http://www.minpaku.ac.jp/museum/exhibition/special/20160908misemono/index

Ajout du 3 octobre 2016

Visite de Suitan, la mascotte officielle de la ville de Suita
(Image reprise depuis son twitter: https://twitter.com/suitan1015/status/783172572523266048)

(Petit) compte rendu du jour dans le Japan Times

Grâce à un petit article de Mike Sonda,‘License to Play’ compiles research on all things ludic in Japanese culture, dans le Japan Times du 28 mars 2015, je découvre la parution du livre de Michal Daliot-Bul, License to Play: The Ludic in Japanese Culture (2014).

License to Play

D’après le site internet de son éditeur, Daliot-Bul étudie dans ce livre les concepts de sakariba (盛り場) (quartier d’amusement et de commerce) et de misemono (見世物) (choses extraordinaires que l’on montre en spectacle), monde dans lequel vivaient les acrobates de la fin de l’époque Edo. Il faudra donc que j’y jette un oeil.

Il semble aussi que ce livre soit une invitation supplémentaire à approfondir le concept de japonisme ludique.