Notule de lecture: de la modernité de l’enfant acrobate Little All Right

Ces derniers jours, je lis avec plaisir le livre de Simon Partner, The Merchant’s Tale. Yokohama and the Transformation of Japan (New York, 2018). Quelques pages y sont consacrées aux acrobates étrangers actifs à Yokohama, aux troupes japonaises, leurs voyages autour du monde et leur impact sur l’image du Japon en Occident (p. 112-114, 131-132 et 220). Potter s’appuie sur les travaux de F. Schodt et  A. Mihara1, mais il y ajoute des commentaires personnels pertinents. Il fait ainsi remarquer que le budget levé pour faire partir en 1866 la troupe japonaise des Hamaikari du Japon était de cent mille dollars, « an enormous sum », ce qui explique qu’il a fallu que quatre partenaires s’associent pour cette entreprise commerciale.

A propos du surnom de l’acrobate « Little All Right », qui lui avait été donné parce qu’il finissait son numéro en jetant les bras au ciel et en criant «  »All Right », Partner écrit (p. 132):

Les mots « All Right », au début, étaient sans doute les seuls mots d’anglais qu’il connaissait, mais sa capacité à interagir avec les spectateurs dans leur propre langue montre la flexibilité culturelle et linguistique de cet enfant. Umekichi était vraiment un enfant de l’internationalisation du Japon, même si on le considérait comme une représentation des traditions et de l’exotisme de la culture japonaise. En bien des façons, alors que le Japon cherchait sa place dans la communauté internationale des nations, il était le symbole des exportations culturelles de ce pays – avec son sens du commerce et son dynamisme, tourné vers l’avenir autant que vers le passé2

Le mélange du passé et du futur, de la tradition et de la modernité est sans doute le lieu commun le plus répété sur le Japon dans les guides de voyage comme dans beaucoup d’études, mais sa fausse évidence rend parfois l’observation paresseuse. Dans le cas d’All Right, seul l’usage de l’anglais, et pour cause, relève de la modernité du Japon. Sa capacité à amuser le public,  à entrer en dialogue avec les spectateurs est partie intégrante des spectacles d’acrobatie, des amusements de rue du Japon d’Edo. Il fallait divertir le passant, retenir son attention si on voulait qu’il ou elle laisse une pièce. La concurrence était féroce dans les quartiers d’amusement d’Edo, Osaka ou Yokohama. Les troupes d’acrobates traditionnelles devaient avoir dans leurs rangs des bonimenteurs de qualité, mêlaient spectacles physiques et amusements oraux. Les baladins japonais n’ont pas eu besoin d’aller à l’étranger pour être modernes3 .

PS

Le nom « Litlle All Right » était si fameux qu’il a été utilisé par plusieurs générations d’acrobates japonais successifs, sans qu’il n’y ait d’autre relation entre eux que leur spécialité de cirque. Voici un exemple de 19094 :

Little All Right. The Original Japanese Wonder. Carte postale datée de 1909. (Merci Bernardi, Joanne. Re-Envisioning Japan: Japan as Destination in 20th Century Visual and Material Culture. Rochester, N.Y.: University of Rochester Digital Humanities Center, 2013-2016 (first iteration). River Campus Libraries. [http://humanities.lib.rochester.edu/rej/?page_id=701] [vu le 19 janvier 2018]).

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Notule de lecture: de la modernité de l’enfant acrobate Little All Right ». Publié sur Acrobates japonais en France le 19/01/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1403.

  1. F. Schodt, Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe. How an American Acrobat Introduced Circus to Japan – and Japan to the West (Berkley, 2012); A. Mihara, Professional Entertainers Abroad and Theatrical Portraits in Hand, Old Photography Study 3 (2009), p. 45-54 []
  2. This [=All Right] may at first have been the only English he knew, but his willingness to engage with the audience in their own langiaage show’s the child’s cultural and linguistic flexibility. Umekichi was truly a child of Japan’s international era, even as he was seen as a representation of all that was traditional and exotic in Japanese culture. In many ways he was a symbol of « Japan » as a cultural export – commercial, enterprising, and looking both forward and back as Japan sought its place in the international « Comity of nations ». [Traduction ADH] []
  3. Avec cette phrase, je voudrais faire un modeste hommage au beau livre de P.-F. Souyri, Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon d’aujourd’hui (Paris, 2016). []
  4. on peut voir un autre exemple, non daté, dans les collections du MuCEM []