Note de lecture: Acrobates de Tanger

Mohammed Telhine, Acrobates de Tanger. Les artistes de La Troupe (2013)

La lecture d’ Acrobates de Tanger a été extrêmement intéressante pour moi parce que le type de matériau, de sources, que son auteur a utilisé est complètement différent de celui auquel j’ai eu à faire jusqu’à présent dans mes propres recherches sur les acrobates japonais. Il s’agit d’un choix délibéré de son auteur, Mohammed Telhine, puisque les sources écrites journalistiques et les affiches de cirque, par exemple, existent aussi pour les acrobates nord-africains. Telhine, lui, a choisi de rassembler une collection de témoignages oraux, et on peut lui en être reconnaissant parce qu’il y avait urgence, vu l’âge avancé de ses interlocuteurs. Comme il se base sur des témoignages oraux, son enquête remonte rarement au-delà de la Deuxième guerre mondiale, et cela me pousse à remettre en question le terme final que j’avais choisi, 1945, pour ma propre enquête. Il serait certainement judicieux de voir à rassembler les témoignages oraux d’acrobates japonais, s’il y en a, après 1945 pour compléter mes recherches.

De ces témoignages marocains, je retiens les traits suivant:

  • les très mauvaises conditions de travail, de sécurité physique ou contractuelle. Le « muqaddem », l’organisateur de la troupe d’acrobates, confisque les passeports de ses artistes, souvent ne paie pas les membres de sa troupe, ne veille pas à leur santé, ne les forme pas. Il n’est pas rare que le contrat soit signé entre le manager et les parents de l’acrobate, qui restent au Maroc pendant que celui-ci voyage et travaille. Il n’est pas payé directement, mais l’argent est versé à ses parents. Il est facile d’imaginer les irrégularités qui s’ensuivent.
  • Peu d’acrobates marocains ont travaillé en dehors de l’Europe et des États-Unis. Seuls un d’entre eux s’est produit en Afrique du Sud, et deux autres sont allés en Asie (Vietnam, Indonésie et Japon).
  • Beaucoup d’acrobates deviennent polyglottes, ce qui leur permet de se recycler en guides ou accompagnateurs de voyages au Maroc après la fin de leur carrière d’acrobates.
  • Le nombre d’unions mixtes est très élevé: mariages avec des femmes de pays européens ou américaines. Un témoin, cependant, est extrêmement pessimiste vis-à-vis de ces unions, affirmant qu’elles finissent toutes en divorces. Souvent, les acrobates marocains se marient deux fois sans qu’ils divorcent officiellement dans le pays de leur première union.
  • Plusieurs acrobates ont des carrières mixtes; ils alternent passages dans des cirques et travaux en usine, hors de leur pays d’origine. Parfois, ils étudient pour acquérir d’autres savoirs et obtenir différents diplômes ou certificats d’aptitude professionnelle.
  • Beaucoup d’acrobates regrettent le peu de prestige dont bénéficie leur métier au Maroc et comparent amèrement le mépris dans lesquels on les y tiendrait et leur vie de stars du cirque, en contact avec des stars de la télévision ou du cinéma.
  • Quelques superstitions et interdits religieux: pas d’entrainement le vendredi et ne pas prononcer certains mots (je me demande quels pouvaient être les usages pour les acrobates japonais).
  • le travail de chorégraphes modernes, en collaboration avec d’anciens acrobates professionnels, pour essayer de garder la mémoire de l’acrobatie au Maroc et la développer dans de nouvelles directions.

(Voici deux exemples)

  • À propos du racisme, les acrobates marocains ne semblent pas être très critiques vis-à-vis de l’Europe (à l’exception des garçons de café français). Au contraire, plusieurs témoins soulignent la curiosité bienveillante dont ils étaient l’objet et les rencontres amoureuses que cela leur a offertes. Par contre, à plusieurs reprises, ils mentionnent le racisme dont ils ont été victimes, eux ou leurs comparses, aux USA, non en fonction de leur origine, mais directement en fonction de la couleur de peau de certains d’entre eux. Ces différences de racisme ont bien évidemment apporté des chocs et causé des expériences très déplaisantes.