Les jongleurs aussi vont en enfer

J’ai récemment eu le plaisir d’aller voir la belle exposition d’estampes humoristiques et de caricatures de l’époque Edo organisée par le Musée municipal des Beaux-Arts d’Osaka.

Affiche de l’exposition 江戸の戯画 au Musée municipal des Beaux-Arts d’Osaka, 17 avril-10 juin 2018 ( (C) Copyright 2018 Osaka City Museum of Fine Arts)

On peut notamment y admirer deux rouleaux peints de l’artiste Nichōsai (耳鳥斎), dont on ne sait pas vraiment grand chose, sinon qu’il a vécu à Osaka à la fin du 18e siècle. Il s’agit de parodies des « Rouleaux des Enfers », des peintures religieuses qui représentent et expliquent la nature et les caractéristiques des enfers du bouddhisme (certains de ces rouleaux datent du 12e siècle et sont des “trésors nationaux” du Japon).

Dans ses rouleaux humoristiques, Nichōsai représente les enfers qui attendent différentes professions ou occupations: des démons y torturent les défunts en fonction de leur métier ou activité.

Voici, par exemple, le sort des vendeurs de pipes ou de tabac:

Extrait d’un Rouleau des Enfers de Nichōsai; — Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=68783705

En ce qui concerne les jongleurs, ils sont montrés dans deux rouleaux différents1:

Extrait du Rouleau des Enfers de Nichōsai conservé au Musée de l’Histoire d’Osaka: 台神楽の地獄 (Enfer des saltimbanques)

Extrait du Rouleau des Enfers de Nichōsai conservé au Musée national de l’histoire du Japon de Sakura: 台神楽の地獄

Je me permets de renvoyer à mon petit billet sur le Dai-kagura d’Ise. Je trouve que Nichōsai a bien rendu les mouvements et attitudes du jongleur, ses accessoires, le masque de la danse du lion qui attend son tour et l’acolyte narquois à gauche

Quant aux fildeféristes, voici l’enfer qui leur est promis:

Extrait du Rouleau des Enfers de Nichosai conservé à Osaka: 綱はたりの地獄 (Enfer des équilibristes sur corde) (le diable de gauche appartient à la scénette suivante)

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Les jongleurs aussi vont en enfer ». Publié sur Acrobates japonais en France le 29/05/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1650.
  1. Je prie les lecteurs de m’excuser pour la mauvaise qualité des reproductions qui suivent; ce sont des photographies que j’ai faites, sans matériel adéquat, du catalogue de l’exposition: 江戸の戯画. Caricatures of the Edo Period éd. par T. Akita et al. (Osaka, avril 2018), nos 15 et 16. []

Happiness and the Good Life in Japan

Comme j’apprécie et voudrais encourager ce genre d’initiatives, je me permets de recopier le message suivant, paru sur la liste électronique SSJ:

We want to inform readers of this mailing list about this highly welcomed opportunity to discover the content of our work on  Happiness and the Good Life in Japan (Routledge 2017).
https://www.routledge.com/Happiness-and-the-Good-Life-in-Japan/Manzenreiter-Holthus/p/book/9781138956612

Our publisher is committed to increasing the discoverability of our work and provides unrestrained online access to the full text of the book via the following link: http://rdcu.be/tPj9,

Please note that this link will expire at the end of August.

In case you are interested in learning more about our current research activities, please consult our project websites at japan.univie.ac.at or
academia, or get straight into contact with us!

Wolfram Manzenreiter and Barbara Holthus

University of Vienna

Dept. of East Asian Studies

************************************************
SSJ-FORUM website
Institute of Social Science, University of Tokyo
http://forum.iss.u-tokyo.ac.jp/
SSJ Forum Archive (all past postings are available)
http://ssj.iss.u-tokyo.ac.jp/

Aucun article de ce livre, en accès libre pendant plusieurs semaines, ne concerne directement le sujet de ce carnet de recherches, mais je me permets de signaler les deux articles suivants:

  • C. Bondy, “A Really Warm Place”: Weel-being, place and the experiences of buraku youth, p. 181-194
  • C. Sapunaru Tamas, A.O. Tamas, The Midnight Community, or Under-the-counter Happiness, p. 211-224

Exposition à Osaka: 見世物大博覧会

 

Exposition au Musée d’Ethnologie d’Osaka sur les spectacles de rue: 「見世物大博覧会」

Le Musée National d’ethnologie d’Osaka (Suita) tient du 8 septembre au 29 novembre une exposition sur les misemono (見世物), les spectacles dans la catégorie desquels les jongleries et les acrobaties étaient traditionnellement rangées au Japon (le titre anglais de l’exposition est “Amazing show tents in Japan”).

Je reviens très vite avec plus de détails.

Site internet de l’exposition: http://www.minpaku.ac.jp/museum/exhibition/special/20160908misemono/index

Ajout du 3 octobre 2016

Visite de Suitan, la mascotte officielle de la ville de Suita
(Image reprise depuis son twitter: https://twitter.com/suitan1015/status/783172572523266048)

Ressource du jour: East Asia Image Collection (Lafayette College)

Je recopie une information parue sur la liste électronique H-Japan:

Russo-Japanese War Postcards: Satire, Propaganda, and Graphic Arts at the East Asia Image Collection

Richard Mammana Japanese Empire Postcard Collection

We have just posted 147 Japanese and European postcards about the Russo-Japanese War. The Japanese cards exhibit bold design elements and extol military heroism. The European cards illustrate popular opinion about international relations. Fears of the “Yellow Peril,” and varied appraisals of Japan as the newest member of the imperialist club, are also prominent. Open-access resource for scholars and teachers.

http://digital.lafayette.edu/collections/eastasia

Sincerely,

Paul D. Barclay

Associate Professor of History, Lafayette College

General Editor, East Asia Image Collection

Sauf erreur de ma part, on ne trouve pas d’acrobate ou de jongleur japonais dans cette collection électronique de documents liés à la guerre russo-japonaise, mais je suis de nouveau frappé comme celle-ci apparait dans les caricatures comme un spectacle observé par les nations européennes; les caricatures la présentent comme un combat de sumo, un combat de coqs, ou une rencontre de gladiateurs auxquels assistent de manière plus ou moins active les pays européens.

Le vœu de l'Europe (d’après Gérôme, Pollice verso)

Le vœu de l’Europe (d’après Gérôme, Pollice verso)

Voici le célèbre tableau cité par la carte postale:

Gérôme, Pollice verso (1872), via Wikimedia Commons

On trouve aussi ans la collection de documents du Lafayette College deux cartes postales qui donnent à voir un point de vue japonais, d’une part sur des acrobates de rue chinois, d’autre part, sur une exposition coloniale tenue à Osaka en 1913, pendant laquelle, à la manière de ce que la recherche française récente a appelé “zoo humain”, des indigènes taïwanais furent offerts à la curiosité publique.

Saltimbanques [chinois]- 大道芸人 (carte postale japonaise, date indéterminée avant 1945)

Saltimbanques [chinois]- 大道芸人 (carte postale japonaise, date indéterminée avant 1945)

Grande exposition coloniale au Parc de Tennoji ( 明治記念拓殖博覧会 (台湾土人ノ住宅及其風俗)

Grande exposition coloniale au Parc de Tennoji – 明治記念拓殖博覧会 (台湾土人ノ住宅及其風俗)