Images du mois: Washington Norton

Grâce à une discussion sur le groupe Facebook Japanese Research Forum, je découvre les documents suivant:

Utagawa Kunitoshi, BLACKART 世界無比不可思儀奇術 米国ウヲッシ、ノアトン社中 (1888) (Merci https://www.edohakuarchives.jp/detail-7281.html)

明治二十一年三月二十四日発行団々珍聞付録、小林清親画「東京千歳座ニ於テ興行 米国ノアトン世界無比不可思議奇術」(Merci http://blog.livedoor.jp/misemono/archives/52123373.html )

Pour en savoir plus sur la tournée de ce magicien américain au Japon en 1888 et sur son programme, voir ici et ici.

Liens du mois (juillet 2021)

  • M. Gilis, Cours de Wen-Do, La recherche comme une aventure (=Carnet Hypothèses) (11 juillet 2021)

Pour me faire pardonner ce lien unique, voici deux illustrations du Prestidigitateur chinois du ballet Parade.

Léonide Massine dans le rôle du Prestidigitateur chinois de Parade, Création au Théâtre du Châtelet en 1917. (CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=24670969)

D’après Pablo Picasso, costume pour le prestidigitateur chinois (Exposition Ballets russes Bibliothèque-musée de l’Opéra de Paris) (Photo de Jean-Pierre Dalbéra, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=24670987)

Magic in the Moonlight

Je profite de la sortie japonaise du film de Woody Allen, Magic in the Moonlight, pour en dire un petit mot ici.

L’action se passe en 1928. Le personnage principal est un Anglais (Stanley Crawford ) qui fait une carrière de magicien chinois sous le nom de Wei Ling Soo. Woody Allen s’est documenté et aurait construit son héros en se basant sur le magicien Chung Ling Soo (de son vrai nom William Ellsworth Robinson), ainsi que sur Houdini.

Chung Ling Soo

A côté des « magiciens chinois », il existait aussi des « magiciens japonais », et la question à laquelle je voudrais répondre dans mes recherches est évidemment celle de la sélection de la pseudo-origine de ces magiciens occidentaux: pourquoi se donnaient-ils une apparence chinoise, plutôt que japonaise ou indienne ? Comment se spécialisaient-ils au sein de l’orientalisme du music-hall et du cirque ?

Pour le plaisir, voici trois bandes-annonces du film, l’originale, la française et la japonaise:

Bibliographie

Wikipedia contributors, « Chung Ling Soo. » Wikipedia, The Free Encyclopedia. Wikipedia, The Free Encyclopedia, 20 Mar. 2015. Web. 9 Apr. 2015.

D. Walker, The Real (and More Interesting) World Behind Magic in the Moonlight, Religion Dispatches 16/9/2014

Le Farfale

Je ne suis pas très actif sur ce blog et je prie les lecteurs de m’en excuser.

Pour leur demander de me pardonner, je leur propose un beau film muet, qui illustre bien le genre de documents que ma recherche va examiner.

 

Le Farfale est une petite merveille, et on doit être reconnaissant à Arte de l’avoir mis en ligne, ainsi évidemment qu’à ses restaurateurs.

Pour reprendre les informations disponibles sur le site d’ARTE, le film date de 1907 ; il a été produit par la société italienne Cinès.

J’ignore s’il a été projeté et vu en France.

Il se déroule en trois actes :

  1. Une scène de jongleuses et prestidigitateur japonais. On admire la richesse des costumes, le soin dans les décors et la précision du détail (la décoration des ombrelles et le shamisen)
  2. Une fantaisie à la Méliès, qui tourne au tragique
  3. Une danse de Loïe Fuller ; des papillons viennent hanter le jongleur japonais qui avait coupé les ailes et fait mourir un de leurs congénères

 

Toutefois, le point de départ est celui du thème des papillons, et il rappelle un des actes de jongleurs japonais et de leurs imitateurs, celui de faire voler des papiers pliés en forme de papillons.
Les hommes-phénomènes : force, agilité, adresse : hercules, coureurs, sauteurs, nageurs, plongeurs, gymnastes, équilibristes, disloqués, jongleurs, avaleurs de sabres, tireurs / par Guyot-Daubès
Les hommes-phénomènes : force, agilité, adresse : hercules, coureurs, sauteurs, nageurs, plongeurs, gymnastes, équilibristes, disloqués, jongleurs, avaleurs de sabres, tireurs / par Guyot-Daubès
Source: gallica.bnf.fr