Toupies japonaises et blog ethnologique

Un autre article du Asahi Shimbun (Associated Press, Edo-style spinning tops tell stories, aim for playfulness, The Asahi Shimbun (31 octobre 2018) informe des recherches que mène Paula R. Curtis, doctorante à l’Université du Michigan (University of Michigan).

Elle a créé un beau site sur l’histoire et les traditions des 江戸独楽 (Edogoma), “les toupies d’Edo”, centré sur des entretiens avec un vieil artisan de Sendai: Carving Community – The Landis-Hiroi Collection.

Comme exemple des toupies que l’on trouve dans cette collection, voici un specimen de 唐子の蝶々遊び (karako no chōchō asobi) , d’ “enfant chinois jouant avec des papillons” :

Image © Janell Landis, reproduced with permission from Carving Community.

J’invite mes lectrices et lecteurs à se rendre sur le blog Carving Community pour écouter (et lire la traduction) le commentaire de Michiaki Hiroi, l’artisan qui a sculpté cet objet.

C’est ici l’occasion de rappeler que la manipulation des toupies faisait partie du spectacle des jongleurs-acrobates japonais, comme le montre, par exemple, cette estampe d’ Utagawa Yoshiharu:

Metropolitan Museum of Art 2009.434.3, domaine public

Liens du mois (Octobre 2018)

Une toute petite liste ce mois-ci, toutes mes excuses

Au Japon, l’acrobatie est pratiquée publiquement dans les écoles par des enfants lors des festivals des sports (undokai): les étudiants forment des pyramides humaines et cela n’est pas sans danger, comme le rappelle tristement cet article de journal: H. Hashimoto, Parents seek redress over human-pyramid death of son, The Asahi Shimbun (2 novembre 2018) (avec une petite vidéo de l’accident et de son contexte)

Un autre récent article de journal montre que la manipulation de toupies, qui faisait partie du répertoire des jongleurs que nous étudions ici, a encore quelques adeptes au Japon: Y. Saito,  Youngster spins way to world title at contest of spinning tops, The Asahi Shimbun (26 octobre 2018).