Cirques et monuments publics (3): à côté du Ku Klux Klan (ou Deux fresques de Thomas Hart Benton)

Grâce à l’article de H. Adams, The misguided campaign to remove a Thomas Hart Benton mural, The Conversation (31 octobre 2017), j’ai appris l’existence d’une fresque de Thomas Hart Benton (1889-1975) à l’Université d’Indiana qui est la cause régulière de polémiques, à chaque nouvelle génération d’étudiants: ils la découvrent à leur arrivée à l’université, sont choqués par ce qu’ils voient, parce qu’ils ne comprennent pas son contexte historique et ne comprennent pas son message.

Cette fresque a d’abord fait partie d’un ensemble colossal que l’État d’Indiana a commandé à l’artiste Thomas Hart Benton pour décorer son pavillon, le Indiana Hall, à l’exposition internationale de Chicago, en 1933 (qui avait pour thème A Century of Progress).

Intérieur du Indiana Hall, Century of Progress Exposition, Chicago, 1933; 2003 © Indiana University Art Museum (le panneau qui nous intéresse est le deuxième à droite du panneau central)

Cet ensemble de 22 panneaux (« 12 feet high and about 250 feet long », 3, 6 m x 76 m environ) représente l’histoire sociale et industrielle de l’état (“Social and Industrial History of Indiana”) de l’arrivée des premiers Européens à l’époque de l’exposition. Son format panoramique devait en rendre évident le développement chronologique, même si le fourmillement de détails n’en rend pas toujours le message aisé. En outre, les panneaux ont été répartis en deux thèmes : les progrès culturels et les progrès industriels.

Après l’exposition, on a placé les panneaux dans un entrepôt, sans que personne ne s’y intéresse vraiment. En 1940, Herman B Wells, président de l’Université d’Indiana, eut l’idée de les réutiliser pour décorer les bâtiments de l’université, alors en construction, et il convainquit les autorités de l’état d’en faire don à l’institution. Il ne fut alors pas possible de garder la structure initiale de l’œuvre. La majorité des panneaux ont été placés dans le « Hall of Murals » dans un format identique à celui de l’exposition de 1933, ce qui permettait de respecter leur structure narrative de frise chronologique.

Deux panneaux, dont celui qui fait l’objet de polémiques, ont été placés, en vis-à-vis, dans une grande salle de cours, le Woodburn Hall 100 (voir photo ici), dont l’architecture fut modifiée pour les accueillir, ce qui rend leur déménagement impossible actuellement sans détruire ou les murs de la salle ou le panneau. C’est évidemment cette séparation de la série originale qui rend la lecture de cette œuvre actuellement difficile, avec pour résultat que les gens qui la découvrent sont choqués par son sujet.

En effet, le panneau s’intitule « Parks, the Circus, the Klan, the Press ». On a reproché à Benton d’y avoir mis tout et n’importe quoi, tout ce qu’il n’avait réussi à placer dans les autres panneaux. Naturellement, c’est la présence du Ku Klux Klan qui gêne, d’autant plus qu’il figure presque au centre de la composition. Il est un fait que la structure de l’œuvre ne prête pas à une interprétation évidente: dans la partie droite, qui forme presque un carré, au centre, des membres du Ku Klux Klan, encagoulés, sont rassemblés devant une croix en feu, à côté d’une église et leur leader se dresse sur une estrade. Cette image est entourée en haut dans le coin gauche d’une représentation de pompiers éteignant un incendie, en haut au centre de deux avions volant dans un ciel nocturne, en haut dans le coin droit d’une scène de cirque, en bas dans le coin droit d’une scène de plantation d’arbres, en bas au centre, au premier plan d’un journaliste tapant à sa machine, au deuxième plan d’une infirmière caucasienne s’occupant d’une petite fille afro-américaine alitée, et enfin dans le coin inférieur gauche d’une scène de rotatives d’une imprimerie de journaux. Le panneau combine une structure circulaire aux sujets variés (pompiers, avions, cirques, arboriculture, journaliste, imprimerie) et une structure en pyramide de perspective de plans (1. journaliste, 2. scène d’hôpital, 3. Ku Klux Klan). Le journaliste au clavier de sa machine à écrire est donc bien mis en évidence et, de même que l’infirmière, est plus grand et imposant que les membres du Ku Klux Klan. Cette construction d’images veut montrer que la presse a contribué à affaiblir le Ku Klux Klan et à mettre fin à son influence dans la vie politique de l’Indiana. Le peintre a voulu glorifier les journalistes et les techniciens d’imprimerie pour leur combat courageux contre l’organisation raciste. La partie gauche du panneau, séparée de celle de droite par la représentation élancée d’un joueur de basket ball, tout de blanc vêtu, mêle également plusieurs sujets, une scène de haut-fourneau par exemple, et Benton y a même inclus son autoportrait. Il faut noter que, lors de la création de l’œuvre, plusieurs hommes politiques de l’Indiana avaient essayé de convaincre le peintre de ne pas représenter le Ku Klux Klan. Il avait insisté et plaidé pour que le passé de l’état soit représenté dans tous ses aspects, positifs comme négatifs. Selon lui, on ne pouvait effacer les moments dérangeants de l’histoire de l’Indiana.

Malheureusement,  à cause de la combinaison de deux structures picturales, de la présence d’autres thèmes (les pompiers, le cirque, la plantation d’arbres) sur ce panneau et de l’image de faiblesse de la pauvre petite fille afro-américaine, toute seule sur son grand lit blanc et entourée de visages uniquement blancs, ce message de célébration de la victoire sur le Ku Klux Klan n’est pas directement et facilement apparent. Le fait que la couleur blanche de l’uniforme des membres du Ku Klux Klan semble rayonner à travers  toute la toile par son usage pour le chapiteau du cirque, le lit d’hôpital, l’uniforme de l’infirmière, les chemises de tous les hommes représentés, le jet d’eau de la pompe à incendie, la vareuse du joueur de basket-ball et les rouleaux de papier de l’imprimerie ajoute à la confusion.

Depuis 2011, les autorités universitaires ont placé un panneau explicatif à l’entrée de la salle de cours, mais cela n’empêche pas certains étudiants d’être gênés par une œuvre qu’ils interprètent comme la glorification d’une organisation raciste.

Avec tout cela, que fait le cirque ici ? Il est représenté par un double chapiteau blanc, une écuyère debout sur un cheval et brandissant un cerceau et un Monsieur Loyal au haut-de-forme et à la veste rouge qui tient un fouet. Benton a choisi de montrer comme l’industrie du cirque a été importante en Indiana. En particulier, la petite ville de Peru servait de résidence d’hiver pour plusieurs grandes troupes ( les Ringling Brothers, Hagenbeck-Wallace, le Buffalo Bill’s Wild West Show). On y trouve actuellement le International Circus Hall of Fame.

Ce n’est pas la première fois que Benton a inclus le cirque dans une série historique sur les États-Unis.

En 1930, il a peint 10 panneaux sur le thème « America Today » pour une commande de la New School for Social Research (New York). Ces panneaux sont maintenant visibles au Metropolitan Museum of Art. Ils décoraient les quatre murs de la salle de réunion du Conseil d’Administration de l’école, et le musée a conservé leur disposition originale. Dans cet ensemble, Benton montre l’industrialisation des États-Unis, le dynamisme de son capitalisme et la vie trépidante de ses villes. Le cirque est représenté sur le panneau intitulé: “City Activities with Dance Hall” ( (233.7 x 341.6 cm). On y voit une trapéziste voltiger dans les airs au-dessus d’un groupe de clowns et d’un hercule et sa partenaire acrobate dans un numéro d’équilibre à la perche.

 

Panneau « City Activities with Dance Hall » faisant partie de l’ensemble de peintures murales « America Today » (1930-1931), © 2000–2017 The Metropolitan Museum of Art

Je ne résiste pas au plaisir de reproduire une critique française contemporaine de ce cycle de peintures:

Le Figaro 15/12/1930, p. 5

Chez Benton, le cirque fait partie de l’histoire de son pays, en tant qu’activité économique et en tant que loisir et divertissement.

Sitographie
Annexe: Provost Statement: On the Benton Murals (29 septembre 2017)

The imagery in that panel, entitled « Parks, the Circus, the Klan, the Press, » has been controversial since its creation. Benton’s intent was to show the role that the press had played in battling the Klan through exposing the Klan’s corruption of and infiltration into all levels of Indiana government in the 1920s. At the time of the mural’s creation, many opposed Benton’s decision to include the Klan, because they did not want to portray Indiana in a negative light, and the memories of the Klan’s political influence were still raw. Benton, however, overcame this opposition, and maintained artistic control. He believed that his murals needed to show all aspects of the state’s history, even the ugly and discomfiting parts, so we could confront the mistakes of the past.

Understood in the light of all its imagery and its intent, Benton’s mural is unquestionably an anti-Klan work.

Unlike statues at the heart of current controversies, Benton’s depiction was intended to expose the Klan’s history in Indiana as hateful and corrupt; it does not honor or even memorialize individuals or the organization as a whole. Everything about its imagery—the depiction of the Klan between firefighters and a circus; the racially integrated hospital ward depicted in the foreground suggesting a different future ahead—speaks to Benton’s views.

(…)

The murals cannot be moved. Benton painted them using egg tempera paint, which has become extremely fragile over time. Moreover, the space in Woodburn 100 was designed specifically to house the two panels that now hang there, and they were installed in such a way that moving them would almost certainly cause irreparable damage. Nor does the notion of covering them with a curtain accord with our responsibility as stewards of this precious art. Covering the murals feels like censorship and runs counter to the expressed intent of the artist to make visible moments in history that some would rather forget. Furthermore, covering the murals during class periods would leave them hidden for the vast majority of time and create a situation in which the decision to uncover them could be used by some as a symbolic act in support of the very ideology the murals are intended to criticize.

(…)

The Benton Murals are a national treasure. They depict the social progression of Indiana history—including, explicitly, the promise and hope of racial integration and a free press arising out of the fight against the political influence of the Klan—through the visceral and powerful vision of one of the most significant artists of the period.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Cirques et monuments publics (3): à côté du Ku Klux Klan (ou Deux fresques de Thomas Hart Benton) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 09/11/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1228.

Monument de Wahpeton: victimes de la foudre

Comme annoncé, je continue à présenter des monuments publics en rapport avec le cirque. Cette fois, nous quittons l’Europe et allons aux États-Unis.

Dans le Dakota du Nord, dans la petite ville de Wahpeton, on peut voir un monument érigé en mémoire de deux hommes morts victimes de la foudre alors qu’ils aidaient à monter la tente d’un cirque Ringling Brothers en 1897. Le spectacle s’est donné le soir malgré cet incident tragique: « The show must go on« .

The pioneer express (Pembina, Dakota [N.D.]) 18 juin 1897, p. 2 (Image provided by State Historical Society of North Dakota)

Killed by lightning

Wahpeton, N.D., June 12 – Lightning struck the main tent of the Ringling Bros.’ circus, killing two men and injuring three.

Traduction ADH: Wahpeton, Dakota du Nord, 12 juin. La foudre a frappé la tente principale du cirque Ringling Bros., faisant deux morts et trois blessés.

Le monument est en granit [1]; il a été financé par une souscription entre travailleurs du cirque. Il fait « six pieds de haut ». Il est construit dans un cimetière, parfois appelé « Bohemians cemetery ». Le cimetière n’est pas clôturé, et on peut voir le monument depuis la route qui le longe.

The Hope pioneer (Hope, N.D.) 14 octobre 1897, p. 1. Image provided by: State Historical Society of North Dakota

Ringling Brothers, the famous circus men, have erected an elegant monument, costing $ 500, at Wahpeton, to the memory of the men killed there last summer. The Ringling are made of the right material and make friends wherever they go.

Traduction ADH: Les Ringling Brothers, ces fameux circassiens, ont fait ériger un élégant monument, qui a coûté 500 $, à la mémoire des hommes morts l’été dernier. Les Ringling sont des gens bien et ils gagnent des amis partout où ils vont.

Cette mention dans le journal semble montrer que le monument n’est pas dénué d’intention publicitaire.

Carte postale, 1909, montrant le Circus Monument de Wahpeton. ( Institute for Regional Studies, North Dakota State University, Fargo (2000.509.195)

Le monument représente à sa base un chapiteau de cirque miniature, surmonté d’un poteau fendu et détruit par la foudre, sur lequel on peut voir les chaines, poulies et cordes utilisées pour dresser la tente. Un petit relief sur le chapiteau miniature montre un maillet et un grand clou, les deux outils nécessaires pour maintenir le chapiteau en place. Le poteau serait une réplique du mat de cirque en bois original après qu’il a été touché par la foudre.

Une inscription donne les noms des deux victimes et la précision suivante:

« Erected by the employees of Ringling Bros. Circus »

Le texte de la carte postale reproduite ci-dessus est intéressant, car il montre que le document faisait l’objet de discussions encore 10 ans après son érection.:

Dear Mother: I send you the pitcher of the monument theat I said I seen. Mary Lausten

Traduction ADH: Chère Mère. Je t’envoie la fautau du monument ch’t’ai dit qu’j’ai vu. Mary Lausten

Bibliographie/ sitographie

[1] Granite: Atlas Obscura. Les participants au podcast de KFGO (2017) parlent plutôt de béton (« concrete »); je n’arrive pas à distinguer la nature de la pierre sur les photos..

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Monument de Wahpeton: victimes de la foudre ». Publié sur Acrobates japonais en France le 13/10/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1153.

Liens du mois (août 2017)

Disparition du cirque Barnum: petite revue de presse

1898 ? Existe aussi en versions allemande et française; voir https://www.ringling.org/circus-collections

1898 ? Existe aussi en versions allemande et française; voir https://www.ringling.org/circus-collections

 

Voici une série de liens en rapport avec l’annonce que le Cirque Barnum va cesser ses activités:

Articles en français:

(…) Le cirque, officiellement nommé Ringling Bros. and Barnum and Bailey Circus après plusieurs fusions, a expliqué dans un communiqué qu’il ne survivait plus financièrement, en raison de l’augmentation des coûts et du déclin des ventes de billets, surtout depuis qu’il a été forcé par les défenseurs des animaux de retirer les éléphants qui étaient le clou de son spectacle.

(…) F. Bouglione, « Le cirque Ringling est plus victime de la finance que de la désertion du public (…) Il faudra m’expliquer comment un spectacle qui a a eu dix millions de spectateurs dans l’année n’arrive pas à être rentable. Je suis très étonné »

(…) [En réponse à l’affirmation selon laquelle le Cirque doit fermer parce qu’il ne peut plus montrer d’éléphants]: « Retirer les animaux, cela a dû faire un coup. Ça m’étonne quand même un peu, depuis le temps que ce cirque existe. Est-ce que c’est vraiment la cause exacte de la disparition de ce cirque? », a commenté John Beautour, porte-parole de l’Association des cirques de familles de France.

« Mais, pour moi, ce n’est pas en raison de la pression des anti-animaux américains qu’ils ferment. Le cirque Barnum est plus victime de la finance. C’était le plus grand cirque du monde, un très grand spectacle. Mais la famille Feld, propriétaire de ce cirque, produit 30 ou 35 spectacles. Et malheureusement, le drame même, est que Kenneth Feld a, il y a quelques années, tout cédé à ses trois filles. Lui adorait le cirque, ses trois filles un peu moins. Alors quand vous avez 35 spectacles qui tournent et que l’un d’entre eux est moins rentable de 3%, vous le fermez. Merci, au revoir. »

(interview d’Alexandre Bouglione):  » … en ce moment, il y a comme une chasse aux sorcières envers les gens du voyage, les cirques et les forains. On met un peu tout le monde dans le même sac. Il y a des gens qui font très bien ce métier, d’autres qui le font très mal. Actuellement, on ne peut plus travailler avec des animaux sauvages, mais ça se pratique dans les zoos. Notamment en Belgique. Regardez Pairi Daiza… Même si je n’ai rien contre eux. Il y aurait donc maltraitance quand on dresse des animaux mais seulement dans les cirques ? Dans beaucoup de zoos, il y a des tigres, des éléphants, des perroquets, des otaries, des orques, des dauphins. Chez nous, c’étaient soi-disant des prisons, mais dans les zoos, les prisons sont juste un peu plus grandes, c’est tout.  »

(interview de David Williams-Mitchell):

« Cirques, zoos: est-ce du pareil au même pour les animaux ?

Non. Les animaux sauvages hébergés dans les meilleurs zoos (dont nos membres) ont beaucoup moins de contact avec les humains, dans des enclos qui imitent autant que possible les conditions de leur habitat naturel. La participation des animaux à des spectacles est autorisée seulement à des conditions strictes (dont l’obligation que le spectacle vise à éduquer le public et que la dignité de l’animal soit respectée et préservée). »

Articles en anglais:

  • D. Takahashi, Technology fails to save Ringling Bros. circus, Venture Beat (14 janvier 2017)
  • C. Mele, Ringling Bros. and Barnum & Bailey Circus to End Its 146-Year Run, The New York Times (14 janvier 2017)
    « (…) Mr. Feld told The A.P. that transporting the show by rail and other circus quirks — such as providing a traveling school for performers’ children — are throwbacks to another era. “It’s a different model that we can’t see how it works in today’s world to justify and maintain an affordable ticket price.(…) [PETA statement] « All other animal circuses, roadside zoos, and wild animal exhibitors, including marine amusement parks like SeaWorld and the Miami Seaquarium, must take note: society has changed, eyes have been opened, people know now who these animals are, and we know it is wrong to capture and exploit them. » Humane Society CEO Wayne Pacelle said in a statement, « It’s just not acceptable any longer to cart wild animals from city to city and have them perform silly yet coercive stunts. I know this is bittersweet for the Feld family, but I applaud their decision to move away from an institution grounded on inherently inhumane wild animal acts. » »
  • C. Goudie, Ringling Bros. circus to close after 146 years; Failure started with focus on elephant abuse, ABC 7 (15 janvier 2017)
  • K. Varn et al.,Nostalgia takes an emotional hit with closing of Ringling Bros. circus, Tampa Bay Times (15 janvier 2017): »That sentiment was shared Sunday at the International Independent Showmen’s Museum in Riverview, which preserves the Tampa Bay area’s history as a one-time home base for circus and carnival performers.Museum executive director David « Doc » Rivera said he had heard speculation for months that the circus would be shut down or sold to Disney.The reason for declining interest in the circus, he said, can be attributed to the Internet, video games, television and other forms of modern home entertainment. »It used to be that you had to get off your butts and leave the house to be entertained, » he said. « Not anymore. »There was a time when if you wanted to see a 500-pound lady or a giant you had to go the carnival or circus, » he said. « Then one day you could turn on your TV and see them. » »
  • J. Rogers, Hundreds to lose jobs after Ringling Bros Circus shuts down, News Channel 8 (16 janvier 2017): « The company leaders said one factor in the success of their other properties such as ‘Marvel Universe LIVE!’ and ‘Disney on Ice’ is that kids are very familiar with them after seeing them on TV.  Kids today don’t have the same association with the circus as other children did in previous generations.“Kids drive what parents do with them. In the sense of entertainment where you take your kids is where your kids demand. And if it’s not part of their life every day, they have no point of reference to demand that,” said Kenneth Feld. »
  • C. Hlavaty, Ringling Bros. folding is the end of an era in family entertainment, Houston Chronicle (16 janvier 2017): « According to reports the show was felled by a variety of factors. For one, the show was still being transported by rail, a quaint touch in an era when most similar traveling shows are a fleet of semis and buses. »
  • L. Pisoni, The end of Ringling Bros.: What the Greatest Show on Earth meant to a man raised in the circus, Los Angeles Times (16 janvier 2017)
    « (…) What does this mean if an institution like Ringling Bros. can no longer remain in business? I don’t know why the show is closing, but I do know we now live in an era where the priority is not live performance. Instead, we want our personal entertainment when we want it, on demand, with headphones. I’m as guilty of this as anyone. As a former circus performer, and a new father, that saddens me. Perhaps I long for the time when kids didn’t socialize with virtual friends but rather physically came together for a shared experience, for entertainment that built connections and made memories. Because that’s what happens at the circus, in the stands for the audience and in the ring for the performers. (…) »
  • J. Rogers, What will happen to the costumes and props from the Ringling Bros. Circus?, News Channel 8 (17 janvier 2017)
  • A. Woodruff, The Pull Of The Armchair Conservationist And The Far-Reaching Implications Of The Ringling Bros. Closure, UPROXX (17 janvier 2017) (une discussion intéressante)
  • H. Weiss-Tisman, Despite Ringling Bros. Shutdown, The Circus Arts Remain Alive And Well In Vermont, NHPR (18 janvier 2017)
  • R. Beadle, Why America’s most famous circus was destined to fail, The Conversation (18 janvier 2017)
  • H. Covington, For Minnesota performers, circus shutdown prompts shock, grief and nostalgia, Star Tribune (20 janvier 2017)
  • J. Wallace, S. Kennedy Wynne, Despite layoffs, Ringling company vies for millions in job creation, Bradenton Herald (24 janvier 2017): (…) « Those who work with Ringling Bros. and Barnum & Bailey Circus crisscross the country on a mile-long train that carries not just the performers but also the animals, their feed and a 24-hour dining operation called the Pie Car. Children go to school on the train and there is a day care operation. They are housed in cars set up like efficiency apartments. Electricians, mechanics and animal tenders are on board to keep things running.The circus’ first female ringmaster, 35-year-old Florida native Kristen Wilson, said living on the train has been an eye-opening experience. She called it a “city without a ZIP code” and compared it to an apartment building that’s horizontal. » (…)
  • D. Elias, Despite closing, Ringling Bros. to receive $3M tax incentive, count on nbc2 first (25 janvier 2017): (…) « The company will still receive its incentive because they classified the 400 lost jobs as « on the road jobs, » meaning they aren’t Florida-based and don’t count as part of the incentive calculation. »You travel by train.  No other company is doing that, » Razhba said.Besides Ringing Bros. and Barnum & Bailey, Palmetto-based Feld Entertainment also owns Disney on Ice, Monster Jam, and Marvel Universe. » (…)

Actualité du « Péril jaune »: une Celte remplace un Tibétain et les Américains voient des espions chinois partout

Le thème du « péril jaune » n’est que tangentiel dans mes recherches sur les acrobates japonais en France, mais les hasards de mes lectures de navetteur ont voulu que deux articles de mon journal d’hier le concernent:

Le titre de l’article est un raccourci un peu choquant: en fait, Tilda Swinton jouera le rôle d’une Celte dans le film « Doctor Strange », adaptation d’une bande dessinée du même nom. Dans cette série de comics, il n’intervenait pas de Celte; les scénaristes de Marvel Studios ont changé la nationalité du personnage Ancient One, initialement tibétain. La principale raison de ce changement est commerciale, mais ses auteurs étaient également bien conscients des connotations racistes que la nationalité du personnage de BD portait:

Case extraite de Strange Tales #148 (Sept. 1966). Scenario de Denny O’Neil, dessin de Bill Everett. Fair use, https://en.wikipedia.org/w/index.php?curid=50345759

“The Ancient One was a racist stereotype who comes from a region of the world that is in a very weird political place. He originates from Tibet, so if you acknowledge that Tibet is a place and that he’s Tibetan, you risk alienating one billion people.”

 

« The Ancient One était un stéréotype raciste, qui vient d’une région vraiment bizarre politiquement [maintenant]. Il vient du Tibet; donc si vous reconnaissez publiquement que le Tibet existe et qu’il est tibétain, vous prenez le risque de vous mettre à dos un milliard de personnes »

La décision de remplacer un personnage masculin par une femme est assez curieusement expliquée:

“there’s no real way to win this, so let’s use this as an opportunity to cast an amazing actress in a male role.”

« Quoi qu’on fasse, on sera critiqué: profitons en pour donner le rôle d’un homme à une actrice géniale »

  • M. Apuzzo, After Missteps, U.S. Tightens Rules for Espionage Cases, The New York Times 26 avril 2016, nous sort des curiosités du marketing hollywoodien et montre la face noire du « Yellow Peril », des hommes et femmes injustement accusés d’espionnage à cause de leurs origines chinoises. Leurs vies en ressortent brisées.

Deux (trois) liens intéressants: excuses américaines et une carte chinoise bilingue japonais-anglais

Faute de temps pour écrire une note complète, je recommande la lecture des deux blogs suivants:

(…) La Cour suprême de Californie a rendu le 16 mars 2015 une décision vouée à rester dans les annales. La Cour décida d’admettre à titre posthume au Barreau de Californie Hong Yen Chang, (…)

[Elle] accède donc à la demande d’admission posthume formée par les descendants de Chang et par une association d’étudiants en droit d’origine asiatique. La décision de 1890, juge nouvellement la Cour suprême, a privé Chang du droit constitutionnel à l’« égale protection de la loi » (Equal Protection of the Laws). De nombreux autres impétrants d’origine asiatique au Barreau de Californie, concéda la Cour, furent empêchés comme Chang d’exercer pour des motifs tenant à la race et/ou à la nationalité. « Un chapitre sordide » de l’histoire et de l’Amérique, selon les mots de la Cour.

Je recommande aussi ce blog pour sa discussion de ce que les Américains d’origine asiatique doivent au mouvement des droits civiques.

Carte postale de Tianjin, années 1940

La carte postale a une légende bilingue, anglais et japonais:

  • (lu de droite à gauche) 村から町へ旅芸人 (mura kara machi he tabigeinin), « baladins itinérants venus de la campagne à la ville ». En fait, mon traitement de texte refuse de m’écrire le 2e kanji de « tabigeinin » sur la carte postale, qu’on n’utilise plus, et me donne son équivalent contemporain. (Merci N.K. pour son aide à lire ce mot)
  • Travelling performer

Il me semble intéressant que les éditeurs de cette carte aient pensé qu’elle pouvait trouver tout aussi bien des acheteurs japonais que des amateurs occidentaux, que le jongleur chinois et sa musicienne accompagnatrice soient exotiques selon plusieurs points de vue.

Kimono Wednesdays

Comme cela touche à un des thèmes de recherche de ce carnet, je signale les débats qui ont mené au Musée de Boston à l’annulation d’un événement, à modifier un programme d’activités: les « Kimono Wednesdays ». Les visiteurs y étaient encouragés à endosser une copie du kimono de Camille Monet devant son portrait même.

(Image postée par le Musée de Boston sur sa page Facebook, reprise depuis le site internet de la BBC)

Des critiques ont trouvé que cela était raciste, encourageait la dissémination de préjugés orientalistes et relevait de l’ « appropriation culturelle ».

Une des personnes qui a manifesté au musée aurait déclaré: « cela nous ramène aux expositions universelles en Europe, où les visiteurs venaient voir des Africains dans des cages » (the exhibit « goes back to the world exhibition in Europe where visitors would come see people in cages brought from Africa »).

On notera que la copie du kimono de Camille est une commande de la chaine de télévision publique japonaise NHK, passée lors du passage de tableaux de la collection de Boston au Japon l’année dernière. Les autorités et le public japonais n’y ont rien trouvé à redire, et on ne peut comprendre les critiques que dans leur environnement américain.

Si je suis sensible aux accusations d’orientalisme, je me permets toutefois de renvoyer à ce que j’avais écrit sur ce carnet après avoir vu le tableau à Kyôto: on ne peut le réduire à une expression de supériorité raciale.

De plus, je dois avouer que l’attitude de manifestants m’inquiète pour ma recherche: à suivre leur logique, j’ai bien peur qu’on devrait fermer ce carnet de recherche

Liens

Stand Against Yellow Face: le site tumblr officiel des opposants à l’activité Kimono Wednesdays

Communiqué du Musée de Boston (juillet 2015)

Elena Boffetta, Boston kimono exhibit in race row, BBC Trending 8 juillet 2015

Stephanie McFeeters, Tensions, questions at MFA’s reconfigured ‘Kimono Wednesdays’, The Boston Globe 9 juillet 2015

 Mise à jour du 14 juillet 2015

L’article d’Ines Mcgriff, Boston : une exposition jugée raciste envers les asiatiques, Le Figaro 10 juillet 2015 ajoute à la confusion: elle y lie, sans réelle justification, ce débat américain aux agressions dont la communauté asiatique est victime en France, comme une pétition adressée à Manuel Valls l’avait mis en lumière en juin 2015.

 Mise à jour du 19 juillet 2015

Seph Rodney, The Confused Thinking Behind the Kimono Protests at the Boston Museum of Fine Arts, Hyperallergic 17 juillet 2015, offre un bon résumé du débat et de ses apories.

Je recommande particulièrement l’article de Sophie Knight, Underneath the ‘Orientalist’ kimono, The Japan Times 18 juillet 2015. Elle y présente bien et succinctement les efforts de vendeurs et tailleurs japonais, passés et présents, pour exporter le kimono et le vendre comme vêtement national japonais, à la fois traditionnel et moderne.

Comme il est en accès payant, je n’ai pas lu l’article d’Alain Korkos, Boston : le lobby du obi, arretsurimage.net 18 juillet 2015, mais j’en salue le titre.

Mise à jour du 5 août 2015

Shaun O’dwyer, Of kimono and cultural appropriation, The Japan Times 4/8/2015 offre un article un peu trop bavard à mon gout, mais donne la parole à des marchands et producteurs de kimonos d’aujourd’hui. Il se finit par une citation de Kaori Nakano, professeure d’histoire de la mode à l’Université Meiji:

“Cultural appropriation is the beginning of new creativity. Even if it includes some misunderstanding, it creates something new.”

Jouets américains

Je découvre avec joie le musée et le site internet The Strong®, un musée du jouet, situé à Rochester aux États-Unis. À l’heure où j’écris, 61774 objets sont présents en ligne et on peut réutiliser ces informations sous la licence Creative Commons CC BY-NC-ND 4.0 (Attribution – Pas d’Utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International)

Dans ses collections, le musée possède quelques jouets en rapport avec les acrobates japonais (Je ne suis pas certain de les avoir tous retrouvés parce que je ne suis pas sûr d’avoir parfaitement compris leur système d’index).

Figurines en papier découpé

http://www.museumofplay.org/online-collections/2/3/78.42

The Boston Sunday Globe (1896)

Acrobate americain, acrobate arabe, acrobate japonais

Remarquons que l’iconographie de l’acrobate japonais n’est pas exceptionnelle (un soleil sur sa poitrine); je n’aurais pu l’identifier sans la légende de l’image.

Le jouet suivant ressemble à un théâtre de papier.

http://www.museumofplay.org/online-collections/2/3/78.42

1896

Il s’agit aussi d’un supplément à un journal, sans doute The Boston Herald ( ??? je n’arrive pas à lire le deuxième mot).

Si le décor de clairière paraît quelque peu incongru, on peut admirer la variété des numéros représentés (exercices au bambou, à l’échelle, à la toupie, numéro antipodiste avec un enfant, …).
Je ne connais pas de jouet similaire en France, mais ma recherche ne fait que commencer. Il existe par contre d’autres jouets, comparables à celui que Gérard Noiriel a commenté dans son livre sur le clown Chocolat. Je les présenterai brièvement dans un prochain billet sur ce blog.